La Guerre des mondes Affiche de film

La Guerre des mondes

War of the Worlds

  • Date de sortie: mercredi 29 juin 2005
  • Genre: Science-fiction/fantaisie

  • Réalisateur: Steven Spielberg
  • Producteur: Colin Wilson, Kathleen Kennedy
  • Scénario: David Koepp
  • Studio: Paramount Pictures
  • Durée: 1h 56m
  • Site officiel: www.waroftheworlds.com
Lire en anglais

Critique

On a beau revenir un peu trop souvent sur le point, il ne cesse pas d’être vrai pour autant : depuis le 11 septembre 2001, plus rien n’est pareil. Même dans l’espace. Ainsi, les bons vieux E.T. de Steven Spielberg sont devenus de belliqueux « extra-terroristes » qui sèment la destruction et la peur dans la version modernisée de La Guerre des mondes.

Ray Ferrier n’est pas très bon père de famille. Séparé de sa femme Mary Ann, Ray peine à arriver à temps pour le rare week-end où il doit s’occuper de sa petite fille Rachel et de son fils adolescent Robbie. Mais le week-end qui s’annonce sera définitivement passé en famille… à fuir une horrible invasion venue de l’espace qui menace l’humanité entière.

D’entrée de jeu, Spielberg rend un hommage direct au roman de H.G. Wells qui a inspiré son film, en reprenant la narration exacte d’ouverture du roman (par le champion des narrateurs, Morgan Freeman). Le film se terminera à peu près de la même façon que le livre également. Entre les deux, Spielberg offre au public un opéra de destruction tel qu’on en a rarement vu au grand écran. On le sait depuis Le Parc jurassique, la technique a finalement rattrapé les rêves des cinéastes, et il n’est nul plus grand rêveur que Spielberg. Ayant en main les moyens de refaire le classique de Wells comme il l’a toujours imaginé, le meilleur cinéaste grand public américain a créée une montagne russe hors pair.

Dès les premiers coups de tonnerre venus du ciel, le réalisateur ne lâche pas son emprise sur le spectateur et le garde en haleine du début à la fin. Tout comme le roman de Wells est raconté à la première personne, le film de Spielberg présente le carnage vu à travers les yeux de Ray Ferrier, très bien incarné par Tom Cruise (il arrive même à nous faire oublier ses récentes frasques dans les médias). Il est superbement appuyé par la championne des rôles d’enfants, Dakota Fanning, de même que par Justin Chatwin et Tim Robbins.

La Guerre des mondes représente du pur divertissement populaire, soit, mais du divertissement populaire de grande qualité. Spielberg y déploie une énergie, une adresse et une intensité auxquelles son copain Lucas ne peut que rêver. Spielberg aurait cependant dû se retenir de montrer les extraterrestres (a-t-il oublié son propre Duel?). Dans le film de 1956 on ne les montrait pas, sauf une main lors de la séquence finale (que Spielberg reprend d’ailleurs) et le film n’en était que plus efficace. De même, la finale s’avère un peu plus heureuse qu’elle n’aurait dû l’être. De très petits problèmes pour un film excitant et parfois même terrifiant.

Les allusions au 11 septembre foisonnent, notamment lors de la première rencontre du personnage de Cruise avec les extraterrestres (la séquence le plus efficace du film). Je ne vous en dit pas plus mais vous verrez bien. Pas surprenant que le réalisateur limite le conflit aux Etats-Unis et parle d’une civilisation qui prépare son coup depuis très longtemps.

Donc, du grand cinéma d’été, divertissant au maximum et ne requérant aucun effort mental. Autrement dit, de quoi passer deux heures intenses à l’air climatisé.

par Nicolas Lacroix
vu en version originale anglaise

Change Location