Retour à Cold Mountain Affiche de film

Retour à Cold Mountain

Cold Mountain

  • Date de sortie: jeudi 25 décembre 2003
  • Genre: Drame

  • Réalisateur: Anthony Minghella
  • Producteur: Albert Berger, Ron Yerxa, Sydney Pollack, William Horberg
  • Site officiel: www.miramax.com/cold_mountain/
Lire en anglais

Critique

Après avoir charmé les cinéphiles les plus romantiques avec son film Le patient anglais, le réalisateur Anthony Minghella revient avec une romance sur fond de guerre dans Retour à Cold Mountain, adapté par Minghella lui-même du roman de Charles Frazier. Minghella semble incapable de tourner quelque chose de laid et Retour à Cold Mountain s’avère tout simplement magnifique, visuellement. Ce n’est qu’au niveau de l’intrigue principale que le film rencontre des problèmes.

Nous sommes en pleine guerre civile aux États-Unis et il semble de plus en plus certain que le Sud va perdre. Pendant que les hommes de tous âges vont au front, les femmes et les vieillards sont laissés derrière, à la merci des éléments et de ceux qui voudraient profiter de la guerre de Sécession pour avancer leur propre cause. Ada Monroe, fille du révérend, se retrouve justement sans le sous, sans ressource et sans les capacité de faire vivre sa ferme ni même de se nourrir. Une jeune femme sans foyer, Ruby Thewes, fera irruption et aidera Ada à surmonter ses difficultés. Pendant ce temps, Inman, l’amoureux d’Ada, se sent de moins en moins concerné par cette guerre qui n’est plus vraiment la sienne. Après une bataille particulièrement sanglante qui le laisse blessé, Inman décide de déserter et de retrouver son chemin vers Cold Mountain et la femme qu’il aime.

Retour à Cold Mountain devient donc un « road movie », une série d’épisodes au gré des rencontres d’Inman sur la route du retour. L’odyssée d’Homère mais à la façon Minghella. Cette odyssée, et la fascinante séquence de bataille qui y mène, s’avèrent les moments les plus forts du film et même si les vignettes varient en intérêt, elles sont toutes plus puissantes que les moments où Ada et Inman se retrouvent ensemble. L’intermède mettant en vedette l’incomparable Philip Seymour Hoffman demeure un moment favori, tout comme celui mettant en vedette Natalie Portman, où l’on espèrerait voir Law rester plutôt que de continuer sa route.

En même temps qu’Inman se dirige vers Cold Mountain, Minghella expose les déboires d’Ada, plutôt sombres, tristounets et prévisibles si vous avez vu au moins trois westerns dans votre vie. Notre intérêt revient un peu avec l’arrivée de Ruby, jouée par Renee Zellweger, personnage stéréotypé dont le but est justement d’éclaircir un peu la pénombre avec son humour.

Voici donc le problème majeur du film : l’histoire d’amour est totalement inefficace et impossible à avaler. Ces personnages tombent en amour parce que le scénario l’indique, pas à cause d’une chimie entre eux. Oui, Kidman est très belle comme d’habitude, Law est rude et laisse entrevoir la bonne dose de sensibilité, mais aucune étincelle entre eux. Je soupçonne d’ailleurs que l’auteur a voulut faire du personnage de Nicole Kidman la « montagne froide » (traduction de Cold Mountain). Inman et Ada sont forcés de nous dire avec des mots qu’ils s’aiment éperdument parce qu’on ne voit pas grand preuve de cela à l’écran. Pas assez, en tout cas, pour expliquer tout le reste du film.

Outre ce problème, qu’on pourrait considérer majeur, le film demeure une expérience d’une beauté remarquable. Certaines images et séquences entières nous hantent longtemps après avoir oublié la majorité du film, comme cette séquence où Ada joue du piano allant de maison en maison dans une carriole. Ou encore cette seule séquence de combat que le film contient (c’en est toute une). Il est d’ailleurs ironique de voir que malgré notre facilité à mettre en image de façon de plus en plus extraordinaire les horreurs de la guerre, nous continuons tout de même à la faire.

Donc Retour à Cold Mountain est un véritable plaisir pour les yeux, s’il ne l’est pas pour le coeur. Il regorge également de rôles secondaires savoureusement joués par des vedettes aussi variées que Brendan Gleeson et Cilliam Murphy (tous deux de 28 DAYS LATER), Jena Malone, Natalie Portman, le musicien Jack White (The White Stripes), Giovanni Ribisi et plusieurs autres. Leur participation aide à faire passer les 154 minutes du film un peu plus rapidement, même s’il y avait encore place à quelques coupures ici et là.

Si vous avez apprécié Le patient anglais et/ou que vous aimez les grandes fresques, vous aimerez probablement Retour à Cold Mountain. Mais malgré sa beauté, cette montagne était un peu trop froide pour moi.

par Nicolas Lacroix
vu en version originale anglaise
Change Location