Le Matador Affiche de film

Le Matador

The Matador

  • Date de sortie: vendredi 20 janvier 2006
  • Genre: Thriller

  • Réalisateur: Richard Shepard
  • Producteur: Beau St. Clair, Bryan Furst, Pierce Brosnan, Sean Furst
  • Scénario: Richard Shepard
  • Studio: Alliance Films
  • Durée: 1h 37m
  • Site officiel: www.miramax.com/matador
Lire en anglais

Critique

La rationalisation peut frapper tous les secteurs économiques, même celui des tueurs à gages. Dans la comédie dramatique Le Matador, Pierce Brosnan poursuit sa quête personnelle pour se distancer du rôle de James Bond de façon adroite et faisant suite en esprit au film Le Tailleur de Panama.

Julian Noble est un tueur à gages sur le déclin, un homme sans attache qui s’est tout donné au travail, payant le prix d’une vie personnelle inexistante. Découvrant qu’il a même oublié son propre anniversaire, Julian se rend au bar de l’hôtel mexicain où il couche et se lie d’amitié avec Danny Wright, un homme d’affaires dont le caractère « ordinaire » plait énormément à Julian. Le contact s’établit si bien entre les deux que Julian décide de révéler à Danny ce qu’il fait dans la vie. Après un boulot manqué, Julian fera appel à Danny pour l’aider à se sortir d’une situation difficile.

Si le scénario sonne typique, le scénariste et réalisateur Richard Shepard réussit à insuffler assez d’éléments imprévisibles dans son film pour que l’ensemble capte rapidement notre attention sans jamais l’échapper. Les dialogues du film sont fabuleusement bien écrits, donnant lieu à des moments savoureux, loin des typiques conversations cinématographiques.

La réalisation de Shepard, énergique et efficace, use de divers moyens pour garder le film rythmé malgré le fait qu’il repose, essentiellement, sur des dialogues. Le jeune cinéaste fait la démonstration de son talent lors d’une séquence mémorable où Julian prouve à Danny qu’il est tueur à gages.

Le secret de cette sauce inusitée réside dans le choix des acteurs. Brosnan a prouvé avec Le Tailleur de Panama qu’il savait donner dans la folie lorsqu’on lui en offre l’occasion et son personnage va encore plus loin ici, autant dans la folie que dans les nuances émotionnelles. Loin de 007, Brosnan en surprendra plus d’un.

Greg Kinnear a prouvé depuis longtemps ses talents de faire-valoir (notamment dans As Good as It Gets) et sa chimie facile et délicate avec Brosnan soutien le film à travers des moments qui auraient pu s’affaisser dans d’autres circonstances. Même chose pour Hope Davis (About Schmidt, American Splendor) qui réussit à faire rire et à émouvoir malgré sa présence limitée.

Sans repousser les limites du genre, Le Matador s’avère une fort sympathique comédie dramatique sur l’amitié, les valeurs, le prix du succès et les racines des individus. Pas si mal pour un petit film sorti de nulle part.

par Nicolas Lacroix
vue en version originale anglaise

Change Location