Le Royaume Affiche de film

Le Royaume

The Kingdom

  • Date de sortie: vendredi 28 septembre 2007
  • Genre: Action/aventure

  • Réalisateur: Peter Berg
  • Producteur: Michael Mann, Peter Berg, Scott Stuber
  • Scénario: Matthew Michael Carnahan
  • Studio: Universal Pictures
  • Durée: 1h 50m
  • Site officiel: www.thekingdommovie.com
Lire en anglais

Critique

Le public américain est-il prêt à un film d’action se déroulant au Moyen-Orient? Car si, comme moi, vous vous attendiez à un autre Syriana ou Three Kings en voyant les annonces du nouveau film de Peter Berg (Friday Night Lights), détrompez-vous immédiatement. Le but de The Kingdom n’est certainement pas de nous éclairer sur la situation au Moyen-Orient (ou si c’était le but, c’est royalement manqué). Il s’agit d’un film d’action et d’un drame policier à la fois, dans la plus pure tradition du genre.

Après un spectaculaire attentat qui a fait des victimes occidentales au Moyen-Orient, une équipe réduite du FBI s’infiltre en Arabie Saoudite pour faire la lumière sur les instigateurs. Bloqués à chaque détour par le pouvoir local et menacé à chaque seconde par un segment de la population, les quatre américains devront faire tous les efforts humainement possible pour arriver à résoudre le crime.

Après un époustouflant générique qui sert en même temps de « Moyen-Orient pour les nuls », Berg nous plonge dans un efficace mais en bout de ligne typique film d’action à mi-chemin entre CSI et 24. Le scénario de Matthew Michael Carnahan (frère de Joe Carnahan, réalisateur et scénariste de Narc) recèle cependant quelques petites touches qui élèvent légèrement le film au-dessus d’un bon épisode télé. Je pense notamment à la réplique finale du film, qui reste en tête.

Outre la réalisation pleine de testostérone de Berg (mais on reste quand même loin, heureusement, des films à la Michael Bay), le film consolide des bases solides formées par une distribution terriblement efficace : Jamie Foxx, Chris Cooper, Jennifer Garner (dont la présence reste incongrue du début à la fin, malgré ses efforts), le toujours hilarant Jason Bateman (courez vous acheter les coffrets de la défunte série Arrested Development), Jeremy Piven et le sympathique Ashraf Barhom, dont le personnage de policier arabe aurait pu dévier pour devenir une caricature à la Borat dans des mains moins habiles.

Les séquences d’action, pas si omniprésentes qu’on pourrait le croire, s’avèrent très efficaces. Dommage que Berg ait abandonné le projet d’adaptation du jeu vidéo Splinter Cell, il aurait été intéressant de voir ce qu’il en aurait tiré. À peu près tous les aspects du film respirent le professionnalisme donc sauf qu’on n’y trouve rien d’exceptionnel. Les personnages sont typés, les méchants encore plus et l’intrigue ne contient que peu de surprises. En soi un très bon épisode de série télé.

par Nicolas Lacroix
vu en version originale anglaise

Change Location