Max la menace Affiche de film

Max la menace

Get Smart

  • Date de sortie: vendredi 20 juin 2008
  • Genre: Comédie

  • Réalisateur: Peter Segal
  • Producteur: Alex Gartner, Andrew Lazar, Charles Roven, Michael Ewing
  • Scénario: Tom J. Astle, Matt Ember
  • Studio: Warner Bros. Pictures
  • Durée: 1h 50m
  • Site officiel: www.getsmartmovie.com
Lire en anglais

Critique

Il faut avoir un certain âge pour se rappeler la série télévisée Get Smart/Max la menace, qui mettait en vedette Don Adams dans le rôle du malhabile agent Maxwell Smart et Barbara Feldon dans le rôle de l'agent 99. Originalement présentée entre 1965 et 1970, cette création de Mel Brooks et Buck Henry a fait rire une ou deux générations qui sortaient de la guerre froide. Le cinéaste Peter Segal tente une modernisation de la série pour un auditoire qui ne connait plus la guerre froide et qui a vu beaucoup de films d'actions et de comédies depuis.

Maxwell Smart est le meilleur analyste que possède l'organisme CONTROL, branche top secrète des services secrets américains (ça commence à faire très secret!) réputée avoir été dissoute au cours des années 80. Lorsque l'organisation est infiltrée et que l'identité de tous ses agents est dévoilée à l'ennemi (l'organisme appelé K.A.O.S.), le Chef de CONTROL n'a d'autre choix que de promouvoir Max au rang d'agent et de le jumeler à la jolie agent 99, qui vient de subir une chirurgie plastique la rendant méconnaissable. Ensemble ils devront découvrir le plan ultime de K.A.O.S..

Premier bon coup de la production: au lieu de refaire la série, on a préféré vraiment la moderniser et cela donne majoritairement des résultats heureux et parfois des résultats malheureux. Adapter plus fidèlement la série aurait certainement donné un effet 'austinpoweresque' qui aurait forcé la comparaison. Le second bon coup de la production fut d'engager Steve Carell, un homme hilarant et talentueux dont nous pouvons admirer la forme chaque semaine dans la série à succès 'The Office', elle-même adaptée de la série britannique du même nom. La carrière cinématographique de Carell n'est cependant pas toujours de qualité (voir l'exécrable Evan le tout-puissant). Si ici Carell joue le ton parfait, tantôt stoïque tantôt gamin, sa performance se voit malheureusement quelque peu sabotée non par pas les agents de K.A.O.S. mais plutôt par un scénario tout ce qu'il y a de plus convenu et sans grande imagination. Un scénario tiré de douzaines de Jambes Bonds et de stéréotypes du genre.

Le Maxwell Smart de 2008 est beaucoup plus malchanceux que maladroit. De fait, il est tellement compétent dans son boulot d'analyste que le chef ne veut pas le promouvoir au départ, pour ne pas le perdre comme atout. Voilà donc une différence majeure avec l'original qui était plutôt incompétent. Par contre le stoïcisme de Max en fait un personnage qui peut être amusant mais sans grande profondeur car ayant une très petite gamme d'émotions et de réactions comparé à d'autres personnages mémorables de Carell tel qu'Andy, le puceau de 40 ans. Heureusement il est bien entouré par Anne Hathaway dans le rôle de 99 (qui elle a un peu plus de profondeur que Max) et surtout par Alan Arkin dans le rôle du Chef, personnage plus grand que nature qui lui, aurait été parfaitement à l'aise dans la série originale. The Rock et Terence Stamp incarnent des personnages qui tombent, eux aussi, dans les stéréotypes du scénario.

Le film offre deux ou trois séquences très drôles et une majorité de séquences qui feront simplement sourire. L'ensemble est sympathique mais n'offre que trop peu de surprises et surtout, tient tellement à plaire à tout le monde qu'il n'excelle dans rien, problème très fréquent à Hollywood. Les séquences d'action viennent briser le rythme comique et les séquences comiques viennent désamorcer toute tension possible pendant les scènes d'action. Il en résulte donc un film tiède, qui se consomme facilement et s'oublie avec la même aisance.

par Nicolas Lacroix
vu en version originale anglaise
Change Location