Le lutin Affiche de film

Le lutin

Elf

  • Date de sortie: vendredi 7 novembre 2003
  • Genre: Comédie

  • Réalisateur: Jon Favreau
  • Producteur: Jon Berg, Shauna Roberts, Todd Komarnicki
  • Classification: G
  • Site officiel: www.elfmovie.com
Lire en anglais

Critique

Vendredi dernier c'était l'Halloween. Généralement, dans les centres commerciaux, à la seconde où la dernière porte de maison se referme derrière les derniers enfants déguisés, les décorations de Noël explosent, magiquement (oui j'ironise), dans les divers magasins. Et pouf, comme ça, on nous ordonne de tomber dans l'esprit des fêtes.

Eh bien curieusement, cette année, j'embarque. Nous sommes le 3 novembre au moment où j'écris ces lignes et je suis tout à fait dans l'esprit de Noël. Pourtant je ne l'étais pas en me levant ce matin. Difficile à croire mais c'est à Will Ferrell et Jon Favreau, les artisans derrière le film Le lutin/Elf, que je dois ce début d'enchantement des fêtes.

Le film, écrit par David Berenbaum, raconte les mésaventures du premier être humain à grandir chez les lutins du Pôle nord et ses efforts pour retrouver son père biologique à New York. Le concept possédait le potentiel pour être soit ridicule, soit cucul et sentimental à outrance. Le lutin/Elf n'est ni l'un ni l'autre, en grande partie grâce à l'interprétation remarquable de Will Ferrell. Oui oui, j’ai bien écrit remarquable. Son Buddy le lutin est tellement rempli de naïveté et d'innocence, combinées à l'espièglerie d'un enfant sans malice, qu'il nous permet de croire à tout le reste du film et le transforme en plaisir véritable. Le reste de la distribution s’avère tout à fait efficace, que ce soit James Caan en grincheux ou Bob Newhart en papa lutin, sans oublier Zooey Deschanel qui possède une voix magnifique.

De son côté l’acteur Jon Favreau, qui réalise ici son second long-métrage après Made, a rempli son film de références directes aux classiques de Noël, des films d’animation du tandem Rankin-Bass en passant par It’s a Wonderful Life et son amour du genre est palpable.

Sans être un chef-d’oeuvre (il n’est pas si ambitieux), Le lutin/Elf présente très peu de fausses notes. La principale est que beaucoup trop de gags ont été montrés dans la bande-annonce, pratiquement tous pour être précis. La seconde fausse note arrive lorsque le personnage joué par James Caan change complètement sans aucune explication. Mais ce n’est pas assez pour enrayer le plaisir certain du film.

Le lutin/Elf s'avère un film de Noël presque parfait: charmant, amusant, sympathique et convenant à toute la famille (adultes compris). Le film a son petit côté mielleux mais il n'est pénible à aucun moment.

par Nicolas Lacroix
Change Location