Boréal express Affiche de film

Boréal express

The Polar Express

Lire en anglais

Critique

Boréal Express est une somptueuse adaptation d’un livre illustré de 32 pages de l’auteur pour enfants Chris Van Allsburg (Jumanji) publié en 1985. Il s’agit d’un conte de Noël destiné à redonner la foi en la magie de Noël aux enfants qui verraient le doute approcher. Ce que le réalisateur Robert Zemeckis et son copain Tom Hanks en tirent reste fidèle au livre tout en y ajoutant des éléments uniques.

Un jeune garçon commence à douter sérieusement de l’existence du père Noël et de la magie entourant la fête. Il tente même de semer le doute dans l’esprit de sa petite sœur et collectionne les photos de pères Noël des magasins comme preuve. La veille de Noël, ce jeune garçon est éveillé au milieu de la nuit par le bruit d’un train, qui s’arrête devant sa porte et lui offre de l’emmener au Pôle Nord.

Curieux amalgame de magie de Noël, de sinistre conte d’Halloween et de merveille technologique, Boréal Express s’avère difficile à recommander en mots. Il faut vraiment voir le film pour en faire l’expérience totale, expérience surréaliste que je recommande fortement. Les procédés technologiques utilisés pour produire le film permettent des séquences fabuleuses qu’on n’aurait jamais pu réaliser « en vrai ». De décors magnifiques en escapades vertigineuses à bord du train magique, la fine pointe de la technologie sert ici l’histoire et non l’inverse.

L’esthétisme du film colle de très près aux illustrations de Van Allsburg et ses dessins prennent littéralement vie devant nous. On a l’impression de voir une peinture s’animer. Le procédé s’applique également aux acteurs, dont les performances ont été captées par ordinateur puis animées à l’écran. Là encore, le résultat est à la fois très réaliste et un peu effrayant car il manque quelque chose de vivant aux personnages humains, une absence de vie dans les yeux possiblement…

Tom Hanks offre une autre performance sympathique et chaleureuse dans la peau de six, eh! oui six personnages différents. De fait les performances vocales sont réussies sur toute la ligne à l’exception d’Eddie Dreezen dans la peau du petit –je-sais-tout, dont la voix énerve et ne sonne jamais comme celle d’un enfant.

Boréal Express alterne les moments calmes cultivant le mystère et les séquences d’action, ce qui donne parfois un rythme curieux et un peu défaillant. Mais le film renferme plusieurs trésors, notamment l’arrivée du père Noël qui prend des allures de concert rock où la star ne porte pas la guitare mais bien le costume rouge et la longue barbe blanche. Mémorable aussi le fonctionnement de l'usine à cadeaux du Père Noël. Les prises de vue coupent parfois le souffle et je me promets bien de revoir le film en Imax 3D s’il passe dans mon secteur.

Comme plusieurs des plus aimés des contes pour enfants (dont Le magicien d’Oz), Boréal Express mêle le dramatique, le magique et l’inquiétant. Un peu déconcertant au départ, on finit par se laisser gagner par ses innombrables qualités. C’est un film de Noël pour les sceptiques, pour les gens qui ont oublié de continuer de croire ou attendent sur ce périlleux seuil entre la foi de l’enfance et le doute adulte. Ou simplement pour être témoin d’une autre phase du progrès technologique au cinéma.

par Nicolas Lacroix
vu en version originale anglaise

Change Location