COVID-19 : Le gouvernement du Québec ordonne la fermeture de tous les cinémas dans la province

2005 au cinéma : favoris, calvaires et espoirs

20 décembre, 2005

Lorsque j’ai vu arriver le mois de décembre, mon premier réflexe fut de me dire qu’il n’y avait vraiment pas eu beaucoup de grands films en 2005. En fait, c’est surtout qu’il n’y a pas eu de grands films entre juin et décembre 2005… c’est long ça, surtout pour quelqu’un dont une partie du travail est de voir des films et de les critiquer.

Sauf qu’en reculant un peu dans le temps, j’ai pu remplir sans trop de problème la liste de mes favoris (pas nécessairement les meilleurs films) de 2005, que voici en ordre de préférence décroissante. Suivent ensuite mes moments les plus pénibles au cinéma cette année et mes espoirs pour l’année qui s’en vient.

Je dois ajouter qu’au moment d’écrire ces lignes (horaire et distribution déficiente à Québec obligent) je n’ai pas encore vu Walk the Line, Good Night and Good Luck, Joyeux Noël, Munich, Geisha ni Brokeback Mountain. Me connaissant, il y a fort à parier qu’au minimum Munich et Good Night and Good Luck se retrouveraient ici.

15 ans volés/Oldboy
The Machinist
Batman: Le Commencement
Sin City
Une histoire de violence
Crash
Kung Fu Hustle
Wallace et Gromit: Le Mystère du lapin-garou
Syriana
C.R.A.Z.Y.

Mentions honorables:

La Chute
La Marche de l’empereur
Charlie et la chocolaterie

Mes pires moments au cinéma en 2005

Ce que je déteste le plus au cinéma ce sont les films de masse qui se plaisent à prendre la masse pour des imbéciles et contribuent ainsi à niveler vers le bas ce divertissement public. Mes élus pour cette année :

Plan de vol/Flightplan : l’écrasement total.
Ma belle-mère est un monstre/Monster in law : Ou « Mon nouveau film est à chier » (dit par Jane Fonda et/ou Jennifer Lopez).

Les 10 films que j’attends le plus en 2006 (et pourquoi)

V for Vendetta: grande bande dessinée, grosse production, esprit anarchiste.
X-Men 3: parce que j’ai aussi peur que j’ai hâte.
Pulse: parce que je suis un fanatique de cinéma asiatique, même lorsque adapté à l’américaine. Oh, et il y a Kristen Bell (Veronica Mars).
Nacho Libre: Jack Black. En lutteur mexicain. Par le réalisateur de Napoleon Dynamite.
Southland Tales: La nouvelle folie du réalisateur de Donnie Darko avec The Rock, Bai Ling, Sarah Michelle Gellar et bien plus.
Da Vinci Code: Pour le phénomène et pour Tom Hanks.
Lady in the Water: pour Paul Giamatti et M.Night Shyamalan.
Children of Men: pour Clive Owen et Alfonso Cuaron.
Casino Royale: par pure curiosité.
Click: Parce qu’Adam Sandler peut être très efficace quand il le veut.

Sur ce, je vous souhaite de joyeuses fêtes, beaucoup de DVD sous l’arbre et une année cinéma extraordinaire pour 2006.


Change Location