Mission: Impossible III (v.f.) Affiche de film

Mission: Impossible III (v.f.)

Mission: Impossible III

  • Date de sortie: vendredi 5 mai 2006
  • Genre: Action/aventure

  • Réalisateur: J.J. Abrams
  • Producteur: Paula Wagner, Tom Cruise
  • Scénario: Alex Kurtzman, Roberto Orci, J.J. Abrams
  • Studio: Paramount Pictures
  • Durée: 2h 06m
  • Site officiel: www.missionimpossible.com
Lire en anglais

Critique

J.J. Abrams, l’homme qui a réalisé M:I 3, vient de la télévision, où il a créé les séries Felicity, Alias et Perdus/Lost. D'ailleurs Mission : Impossible 3 ressemble à s’y méprendre au pilote d’Alias, avec plus de moyens.

Ethan Hunt a quitté le service actif d’IMF et passe maintenant son temps à entraîner les recrues, à l’insu de sa nouvelle flamme, sa fiancée Julia. Lorsqu’une de ses recrues est enlevée par un dangereux marchant d’armes, Hunt accepte d’aller lui-même la reprendre. Puis les choses se compliquent.

Étant un des rares à avoir préféré de loin le second Mission : Impossible au premier, je dois dire que ce second film, tourné avec la démesure de John Woo, restera mon favori de la trilogie, celui-ci arrivant bon deuxième. Abrams fait beaucoup de choses très bien dans ce film, mais laisse tout tomber ses efforts en fin de parcours. Il respecte aussi énormément les origines de ces films, soit la série télé, dans des rappels musicaux et dans la structure du scénario. Il réussit donc à créer un film qui se situe, stylistiquement, entre la série, le premier film, le second et la série Alias.

Tout comme Sydney Bristow (le rôle de Jennifer Garner dans Alias), Hunt cache sa véritable identité à son amoureuse et tente de concilier une vie normale et son métier d’espion. Tout comme dans Alias aussi, un nerveux petit « nerd » s’avère l’expert en gadget (quelques points bonis à Abrams d’avoir utilisé Simon « Shaun of the Dead » Pegg pour le rôle). Même Greg Grunberg, interprète d’Eric Weiss dans Alias, vient faire son tour. Tout comme dans le premier Mission : Impossible, Ethan Hunt doit fuir IMF et y démasquer un traître. Alors pour l’originalité, on repassera.

Ce que Abrams fait bien : les séquences d’action du film sont, pour la plupart, carrément époustouflantes. Une poursuite d’hélicoptères dans un parc d’éoliennes et une séquence sur un pont représentent le summum des séquences d’action et nous font ressentir ce que Die Hard nous a fait vivre il y a presque 20 ans.

Ce n’est donc que tout près du but que Abrams échappe le ballon. Les 20 dernières minutes du film, dès le moment où l’action rejoint dans le temps le superbe « teaser » qui précède le générique, tombent dans un farfelu dont il ne se relève pas. Cette dernière partie est beaucoup moins prenante, haletante et solide que les 90 minutes qui viennent avant.

Il est également difficile pour le spectateur, en voyant Hunt marier de façon subite une brune plus jeune que lui, de ne pas voir l’acteur Tom Cruise et sa folle vie amoureuse au lieu du personnage de Hunt. Le scénario et le jeu de Cruise n’offrent pas le détachement nécessaire. Par contre Philip Seymour Hoffman offre un des bons méchants de ce type de film, son Owen Davian étant sans aucun scrupule, sans remords et d’une redoutable détermination. Michelle Monaghan (La Mort dans la peau) rempli plutôt bien les faibles demandes du rôle, tandis que Keri Russell (Felicity), elle passe trop vite pour véritablement laisser sa marque.

Mission : Impossible 3 offre certainement son lot de plaisirs coupables, si on ne s’attarde pas trop au scénario, à l’acteur principal ou à la dernière partie du film. Du cinéma d’été pur et dur quoi.

par Nicolas Lacroix
vu en version originale anglaise

Change Location