Iron Man (v.f.) Affiche de film

Iron Man (v.f.)

Iron Man

  • Date de sortie: vendredi 2 mai 2008
  • Genre: Action/aventure, drame, science-fiction/fantaisie

  • Réalisateur: Jon Favreau
  • Producteur: Avi Arad, Kevin Feige
  • Scénario: Arthur Marcum, Matt Holloway
  • Studio: Paramount Pictures
  • Durée: 2h 06m | Classification: G
  • Site officiel: www.ironmanmovie.com
Lire en anglais

Critique

Oh là là qu'on l'attendait notre petit tas de ferraille rouge et or. Hollywood l'attendait pour lancer l'été et servir de Viagra à une année exécrable au guichet. Les cinéphiles l'attendaient… pour à peu près la même raison. Je dois avouer ma propre incrédulité à l'annonce de ce projet, Iron Man n'étant pas le héros ayant le plus de personnalité (c'est dur quand même, pris dans un costume de métal, de dégager autre chose que des sueurs). Le studio Marvel, qui réalise ici sa première production en tant que studio, mise gros et a la bonne idée de tout baser sur l'alter ego d'Iron Man, le multimilliardaire Tony Stark, en choisissant Robert Downey Junior pour l'incarner. Un choix inspiré qui sauve littéralement le film.

Tony Stark, brillant inventeur et homme d'affaires sans scrupules, est victime de ses propres armes en plein désert du Moyen-Orient. À son retour à la civilisation, il décide de se dédier à détruire ses armes tombées entre de mauvaises mains et peut-être ainsi laisser un héritage moins dévastateur derrière lui.

L'accouchement d'une adaptation cinématographique d'Iron Man a été pénible. Tom Cruise y tenait absolument, puis Nicolas Cage fut lié au projet. Le choix final de Jon Favreau (Elf) comme réalisateur pouvait à l'origine paraître étrange mais puisque Favreau a ensuite mené à l'embauche de Downey Jr., il faut admettre que ce fut une bonne idée. On a misé sur les humains plus que sur la mécanique et, je le répète, c'est ce qui sauve un film somme toute conventionnel. En tant que multimilliardaire costumé, Stark est tout ce que Bruce Wayne n'est pas: charismatique, drôle et charmeur. La performance de Downey est d'ailleurs également sinon plus divertissante que les effets (pratiquement parfaits, en passant) créés pour animer le costume d'Iron Man.

On voit que le jeu dramatique est important pour Favreau puisqu'il a bien entouré son acteur principal avec Gwyneth Paltrow (juste assez sexy et rétro), Terrence Howard (en copain qui a presque la meilleure ligne de dialogue du film) et Jeff Bridges dans le rôle du partenaire de Stark. Tous remplissent leur fonction respective.

Tout comme son héros est un homme dans la quarantaine, le film vise plus les adultes que les très jeunes enfants. La violence y est constamment présente même si elle n'est pas très explicite. Il n'y a pas d'adolescent en quête d'identité ici, et il n'y a pas d'adolescente à sauver. Stark évolue dans un monde mature et voilà un aspect rafraîchissant du film.

Si Iron Man a un problème, c'est le manque d'un vilain digne de ce nom. On n'a pas l'impression d'enjeux grandioses ni de péril implacable avec ce film. Bien que cela s'explique en partie par le fait qu'il s'agit d'un premier d'une série et donc des origines d'un héros, cette absence d'un ennemi redoutable nuit à l'intensité dramatique du dernier tiers du film. Autre petite déception, on ne voit pas tellement Iron Man en action même si le film est si bien construit que vous ne vous en apercevrez que quelques heures plus tard. Il n'y a aucun doute que Marvel lance ici une nouvelle franchise profitable et je serai premier en ligne pour Iron Man 2. Et s.v.p. ne quittez pas avant la fin du générique, vous manqueriez une séquence courte mais oh combien prometteuse…

Et voici un petit boni pour les nostalgiques:


par Nicolas Lacroix
vu en version originale anglaise
Change Location