Cruising Bar 2 (v.o.f.) Affiche de film

Cruising Bar 2 (v.o.f.)

Cruising Bar 2

  • Date de sortie: vendredi 27 juin 2008 (limité)
  • Genre: Comédie

  • Réalisateur: Michel Côté, Robert Ménard
  • Producteur: Claire Wojas, Michel Côté, Robert Ménard
  • Scénario: Michel Côté, Robert Ménard, Claire Wojas
  • Studio: Alliance Vivafilm
  • Durée: 1h 30m
Lire en anglais

Critique

Le Québec a ses œuvres cultes. Gratton, Stan et la gang, quelques femmes en or. Sans oublier le taureau, le ver de terre et les autres animaux du zoo de la nuit créé il y a 20 ans par Michel Côté et Robert Ménard. Parfois, il vaut mieux rester avec ses souvenirs (voir Gratton 2 et 3, la seconde trilogie Star Wars, Indiana Jones etc.) que de risquer une modernisation trop sévère ou, pire encore, une absence totale d'évolution d'un concept qui a marché la première fois. Cruising Bar 2 se situe quelque part ente les deux extrêmes: le film et ses personnages ont certainement évolué mais au point de leur soutirer beaucoup de leur humour.

Pour le taureau, la réalité est brutale. Sa femme se décide enfin, après trente ans de mariage, à le foutre à la porte. Parallèlement, le lion connaît aussi une rupture abrupte lorsque sa blonde le quitte. Puis de son côté, le paon cherche sa véritable identité sexuelle avec l’aide d’une psychologue. Quant au ver de terre, sa très longue attente de l’âme sœur tire à sa fin.

Commençons par le positif: au lieu de simplement répéter les mêmes situations et les mêmes gags 20 ans plus tard, Côté, Ménard et Claire Wojas ont décidé de reprendre les quatre personnages originaux là où ils sont rendus, des années plus tard, avec le poids et les effets de ces années. Il en résulte donc des personnages un peu plus complets et pour Côté, une occasion de quitter un peu le vaudeville et de jouer du plus authentique. Enfin, aussi authentique que les quatre stéréotypes d'hommes de ces films le permettent. Mieux encore, ce désir d'évolution est propice à quelques scènes quasi-touchantes (et je ne parle pas de la séquence de l'examen de la prostate ici) pour un public qui, lui aussi, a vieillit. En ce sens, les scénaristes visent souvent dans le mille avec leurs observations de ces ex tombeurs vieillissants.

L'envers de la médaille est que le film ne fait pas beaucoup rire. On sourit à quelques reprises, un ou deux éclats de rire retentissent, mais pas plus. Pour une comédie, voilà sérieux problème. Le film est aussi beaucoup plus moralisateur que l'original, si je me fie à mes souvenirs. Un autre problème est l'absence évidente de moyens financiers. C'est rare que c'est évident au point de déranger mais Cruising Bar 2 a l'air vraiment 'cheap', à commencer par cette gênante séquence en ouverture où un homme masqué se promène, mitraillette à la main, dans un corridor sorti tout droit du local de concierge de votre école secondaire. Possiblement que le gros du budget est passé en salaires…

Le succès du film dépendra vraiment des attentes du public, qui sont certainement moins élevées et sévères que celles des critiques. Reste qu'on est en droit de douter que ce film-ci passera à l'histoire d'une façon ou d'une autre.

par Nicolas Lacroix
vu en version originale québécoise
Change Location