Madagascar 2 : La grande évasion Affiche de film

Madagascar 2 : La grande évasion

Madagascar: Escape 2 Africa

  • Date de sortie: vendredi 7 novembre 2008
  • Genre: Famille

  • Réalisateur: Eric Darnell, Tom McGrath
  • Producteur: Mark Swift, Mireille Soria
  • Scénario: Eric Darnell, Tom McGrath, Etan Cohen
  • Studio: Paramount Pictures
  • Durée: 1h 29m
  • Site officiel: www.madagascarmovie.com
Lire en anglais

Critique

Quand Alex le lion, Marty le zèbre, Melman la girafe et Gloria l’hippopotame sont débarqués sur la planète cinéma en 2005, on avait déjà eu droit à deux volets de la lucrative et éclatée franchise Shrek, gracieuseté de DreamWorks Animation. L’ogre vert avait épaté la galerie. Alors les quatre animaux vedettes du zoo de New York avec leur humour facile et leurs préoccupations enfantines ne faisaient tout simplement pas le poids. Trois années ont passé et cette pause a été très bénéfique pour la joyeuse bande de Madagascar. Sans être à l’avant-garde des films d’animation et n’ayant pas le mordant de certaines autres productions, Madagascar : Escape 2 Africa/Madagascar 2 : la grand évasion a suffisamment de ressources pour divertir. Et l’humour touche plus souvent la cible que lors du premier voyage.

Habitués d’être les vedettes à New York, les quatre amis animaux s’évadent de leur lieu de confort et aboutissent – en raison d’un atterrissage forcé – en Afrique, là où des centaines de leurs semblables vivent, mais où ils passent un peu inaperçu. En pleine savane, ils adoptent un nouveau mode de vie, se fondant dans la masse. Tous sauf Alex le lion qui, de retour auprès de ses parents qui le croyaient mort depuis plusieurs années, doit se battre et vaincre un de ses confrères pour faire partie du groupe. Or, Alex ne sait que danser… Heureusement, il pourra compter sur l’appui de son meilleur ami, Melman le zèbre, pour se rendre utile et sauver la région d’une sécheresse assurée.

Un animal qui tient le haut de l’affiche d’un film d’animation hollywoodien a trois qualités indéniables : il est combatif, persévérant et sait s’entourer de précieux amis. Tout ça, sans compter qu’il parle. Malgré le fait qu’ils soient un peu trouillards, les quatre principales vedettes de Madagascar : Escape 2 Africa/Madagascar 2 : la grand évasion ont tout l’arsenal du personnage du film d’animation. Dynamiques, ils prennent ici beaucoup plus de place (on donne le mérite à la réalisation et à la direction artistique) que lors de leur première mésaventure et sont moins arrogants. Ils doivent de plus négocier avec de nombreuses épreuves et quelque chose qui s’apparente à une mission. Le scénario regorge de péripéties, les scènes s’enchaînant rapidement. On s’éternise moins souvent sur les préoccupations de ces adorables bêtes. Tant mieux.

Colorée, disposant d’un bon rythme, parsemée de touches d’humour et de coups de bassin, comptant sur des moments attendrissants et une morale inévitable; la plus récente aventure des studios DreamWorks est clairement destinée aux familles. Les animaux sont charmants, les méchants ne font pas peur et tout le monde danse au son d’une musique pop qu’on entend généralement l’été. On s’entraide, on s’aime et on garde le sourire. Plein de beaux sentiments. Mais quand on entend Ben Stiller et Chris Rock – alias Alex le lion et Marty le zèbre – dans la version originale anglaise, on ne souhaite qu’une chose : des dialogues mordants. Or ils n’y sont pas.

Heureusement, il y a les impayables pingouins - à la fois ingénieux et déjantés -, et les chimpanzés – fort rusés – qui parviennent à donner du tonus à l’ensemble. Comme ce fut le cas avec le premier film de la série, ce sont les pingouins qui tirent le maximum du potentiel comique de leurs scènes. Ils ont le sens du timing et manient avec précision les réparties. Malheureusement, il y a aussi Julien, cet affreux lémur, beaucoup trop présent et s’apparente drôle à Timon (le suricate du film The Lion King/Le roi lion) qui se croit tout permis et qui devient rapidement agaçant.

Par contre, le fait de calquer plusieurs éléments de l’univers de Shrek pour Madagascar : Escape 2 Africa/Madagascar 2 : la grande évasion est une lame à double tranchant. On comprend que les dirigeants de DreamWorks ont voulu s’inspirer du succès de l’ogre vert, mais ils auraient pu être plus subtiles. Dès les premières secondes, les moments attendrissants avec le lionceau ne sont pas sans rappeler le chat Puss n’ Boots triste avec ses gros yeux de minet. Pas doute, la vieille dame qui se bat admirablement bien contre les animaux a suivi des cours d’autodéfense avec Fiona dans la forêt. La ressemblance entre Marty le zèbre et Donkey l’âne est évidente, ne serait-ce parce qu’il parle tout le temps. Voilà seulement quelques exemples. Si les points communs procurent des sourires, ils laissent aussi avec eux une certaine nostalgie d’être loin de Shrek et sa bande. À choisir, on aimerait encore mieux être dans un marais que dans la savane…

Par Yan Lauzon

Vu en version originale anglaise.

Change Location