Spider-Man 2 (v.f.) Affiche de film

Spider-Man 2 (v.f.)

Spider-Man 2

Lire en anglais

Critique

On avait tendance à penser que lorsqu'il s'agit de suites de film, les films qui suivent sont moins bons que les films originaux. De plus en plus, particulièrement concernant les films de super-héros, cette tendance s'inverse et les suites égalent ou surpassent les originaux. Par exemple: X-Men 2, Blade 2, Harry Potter 2 sont tous meilleurs sous bien des facettes que le film original. Il n'y a aucun doute que Spider-man 2 de Sam Raimi s'inscrit dans cette tendance.

Reprenant le fil de l'histoire de Peter Parker et de son alter ego à peu près deux ans après les événements du premier film, cette suite démontre plus particulièrement les difficultés inhérentes à la vie d'un héros masqué. Parker paie chèrement les pouvoirs qu'il a acquis l'enchaînement implacable de difficultés dans sa vie personnelle l'amène à remettre en question sa destiné. En même temps, il doit affronter un nouvel ennemi sous la forme du docteur Otto Octavius, qu'un accident a transformé en surhomme aux tentacules de métal.

Poursuivant et amplifiant logiquement les thèmes établis dans son film précédent, le réalisateur Sam Raimi nous livre un produit quasi parfait. C'est, à tout le moins, l'adaptation d'un héros de Marvel la plus complexe et équilibrée qu'on ait pu voir à ce jour. Et sous la direction impeccable de Raimi, Spider-man 2 est encore plus complet, encore plus tridimensionnel, encore plus bande dessinée et en même temps plus cinématique. Le réalisateur tourne comme le maître visuel qu'il est et laisse libre cours à ses petites touches uniques. Raimi nous offre même un condensé des meilleurs moments de son Evil Dead 2 lors d'une séquence inoubliable dans une salle d'opération. Ses fans auront des frissons.

Des frissons, le film en fait ressentir plusieurs. D'abord par ses séquences d'action absolument fabuleuses, nous laissant carrément bouche bée. Une longue séquence impliquant un train de banlieue représente à elle seule un moment d'anthologie. Frissons aussi sur le plan émotif car le film regorge de moments forts qui changeront à jamais la vie de Peter Parker et de son entourage.

C'est d'ailleurs un des seuls reproches que l'on peut faire à Spider-man 2, du moins du point de vue des amateurs de la bande dessinée. Le scénario condense des événements et moments de la vie de notre héros qui ont nécessité des années et des années dans la bande dessinée.

Outre le génial Sam Raimi, le champion en titre numéro deux du film est évidemment Tobey Maguire, encore plus à l'aise dans le rôle et encore plus touchant. Son visage fragile et déterminé à la fois rend parfaitement le combat intérieur de Parker et nous le rend encore plus sympathique. Alfred Molina nous donne un méchant encore plus nuancé que Willem Dafoe. Son Doc Ock est plus tragique que le Goblin parce que plus humain. Rosemary Harris émeut beaucoup plus dans le rôle de Tante May cette fois. Dans le film original, on ne retrouvait pas vraiment la vieille dame attachante de la bande dessinée. Cette fois, oui. Quant à Kirsten Dunst, sa Mary Jane Watson prend un peu de maturité et c'est une bonne chose. Pas encore tout à fait convaincante dans le rôle, Dunst s'en approche tout de même de plus en plus, en particulier lors de sa réplique finale dans le film! Il faut également mentionner le fabuleux J.K. Simmons qui réinvente J. Jonah Jameson comme personne d'autre n'aurait pu le faire.

Comme les personnages et l'univers de Spider-man sont établis, il en résulte un film où tout le monde laisse libre court à son inspiration. Raimi est donc plus inventif dans sa réalisation, le scénario plus fou au niveau humoristique (et dieu sait que le film est fréquemment très drôle) et l'interprétation plus assurée. Les fans de Spider-man (en bande dessinée) et les amateurs du premier film seront plus que comblés. Le film surpasse les attentes et nous donne très très envie de voir Spider-man 3. Ou Evil Dead 4 tient!

par Nicolas Lacroix
vu en version originale anglaise

Change Location