Décadence Affiche de film

Décadence

Saw

  • Date de sortie: vendredi 29 octobre 2004
  • Genre: Horreur

  • Réalisateur: James Wan
  • Producteur: Gregg Hoffman, Mark Burg, Oren Koules
  • Site officiel: www.sawmovie.com
Lire en anglais

Critique

Le public nord-américain les aime, ses tueurs en série. D’ailleurs, chaque année, les cinéphiles ont droit à au moins une dizaine de mauvais films concernant les tueurs en série et les perles rares se font de plus en plus rares. En voici une, justement.

Deux hommes se retrouvent enchaînés dans une pièce décrépie, le jeune Adam et le docteur Lawrence Gordon. Ils ne savent pas pourquoi ni comment ils y sont. Au milieu de la pièce gît un cadavre, une balle dans la tête et un magnétophone dans une main. Chacun des deux hommes trouve une cassette dans sa poche et l’écoute. Une voix mystérieuse ordonne Gordon de trouver le moyen de tuer Adam avant 18h, sinon sa famille va mourir. Et le jeu commence…

James Wan (réalisateur et co-scénariste) et son copain Leigh Whannell (co-scénariste et acteur principal) se sont amusés à mettre sur pied un thriller dans le genre des films de David Fincher mais vu du point de vue des victimes. D’ailleurs Décadence /Saw s’avère un mélange de deux films de Fincher en particulier : Se7en et The Game. Si le film de Wan et Whannell ne s’élève pas au niveau des deux œuvres citées, ce premier projet du tandem possède assez de qualités pour valoir le détour et assez de promesses pour faire de Wan et Whannel deux artisans à surveiller.

Le film met en vedette Cary Elwes (The Princess Bride), Whannell lui-même, Danny Glover et Monica Potter. La qualité des interprétations varie, chaque acteur ayant de bons et mauvais moments. Ceci est donc possiblement dû à des erreurs de débutant de la part de Wan dans sa direction des acteurs. De fait, l’acteur le plus « stable » dans son jeu est le co-scénariste Whannell.

Décadence/Saw est une production indépendante modeste mais efficace. Les cinéastes ont trouvé un concept intéressant, un tueur aux méthodes originales et des victimes qui ne sont pas niaises. Les problèmes du film sont liés à cette obligation de remplir le temps, de façon plus ou moins maladroite. Si le film démarre en trombe, il stagne malheureusement en son milieu pour se racheter de belle (lire : horrible) façon à la fin. Personnellement, j’ai failli décrocher dans le dernier tiers mais le scénario de Wan et Whannell est plus intelligent qu’il n’y parait au départ.

Il a beau être imparfait, les amateurs de morbidité ne voudront pas manquer Décadence/Saw.

par Nicolas Lacroix
vu en version française

Change Location