Harry Potter et l'ordre du Phénix Affiche de film

Harry Potter et l'ordre du Phénix

Harry Potter and the Order of the Phoenix

  • Date de sortie: mercredi 11 juillet 2007
  • Genre: Action/aventure

  • Réalisateur: David Yates
  • Producteur: David Barron, David Heyman
  • Scénario: Michael Goldenberg
  • Studio: Warner Bros. Pictures
  • Durée: 2h 19m
  • Site officiel: www.harrypotter.
Lire en anglais

Critique

Après le sommet atteint grâce au troisième film de la série Harry Potter, une tendance néfaste se répand sur les films tel un sombre nuage : l'opacité de plus en plus mortelle de l'univers de Potter. En tant que non lecteur, je dois avouer m'y retrouver de moins en moins dans les films et je doute être le seul. Est-ce que le réalisateur aurait une si grande influence sur le résultat final ou les livres de Rowling sont-ils tout simplement trop denses pour faire de bons films ?

Comme toujours, Harry a des ennuis dès que le film commence, avant même que les vacances d'été ne soient terminées. En effet les circonstances le forcent à user de magie en présence de non-initiés et il se retrouve rapidement au ministère de la magie au banc des accusés. Le jeune sorcier y découvrira une vaste conspiration pour nier le retour de Voldemort, conspiration qui semble même impliquer Dumbledore et qui verra la majorité de ses camarades se retourner contre Harry.

Vous le savez chers lecteurs, je ne suis jamais moins qu'honnête avec vous et je le serai encore cette fois : Harry Potter commence sérieusement à me les casser. Nous en sommes maintenant au cinquième film qui nous présente exactement la même chose que les quatre premiers c'est-à-dire : Potter en nouvelles difficultés, de sombres événements laissant présager l'arrivée prochaine de Celui qu'on ne peut pas nommer (que je rebaptise sur-le-champ Celui qui ne finit pas d'arriver), un nouveau professeur causant des problèmes et le jeune sorcier passant la majorité de son temps à se plaindre. Non vraiment, on tourne en rond dans l'univers Potter est plus que jamais ceux qui ne lisent pas avidement les livres de la série sont les laissés-pour-compte.

Après cinq films sur le même sujet, il est inévitable qu'une impression de déjà-vu imprègne le film. Malheureusement, en plus de cet effet répétitif, les pires défauts du quatrième film se retrouvent encore plus présents et même amplifiés. Je parle ici principalement de cette complexité de l'intrigue pour ceux qui n'ont pas lu les livres et de la difficulté à adapter les volumineux tomes en un seul film. Tout comme lors du film précédent, le réalisateur David Yates ne peut éviter des cassures de ton brutales lorsqu'il doit laisser tomber des portions du livre. Il en résulte un film décousu où nous allons de saynètes en saynètes, propulsé non pas par une trame narrative équilibrée mais plutôt par les besoins d'un scénario qui cherche à arriver à destination dans un laps de temps « commercialement viable ».

Au niveau du jeu, les principaux intéressés n'offrent rien de bien nouveau (ni donc de bien mauvais ou de bien bon) et Radcliffe est maintenant passé maître dans l'art d'avoir l'air torturé. La principale nouvelle venue est Imelda Staunton dans le rôle de Dolores Ombrage dont le personnage ne s'élève pas au-delà de la caricature facile. Quant à Helena Bonham Carter, elle est présente pendant environ 45 secondes.

Ironique pour un film concernant la magie et le merveilleux mais les mésaventures de Potter deviennent vraiment prévisibles. Dire qu'il faudra encore deux autres films avant qu'on arrive à destination ! Évidemment, comme c'est le cas pour chacun des films, les fidèles lecteurs retrouveront bien peu de ces défauts dans le film de Yates. Mon devoir est cependant de rendre compte des films et non des livres. En sa qualité de film, Harry Potter et l'ordre du Phénix est le pire de la série. Vivement qu'on en finisse.

par Nicolas Lacroix
vu en version originale anglaise

Change Location